Lille : l’émouvant hommage de l’Harmonie municipale à Henri Bailleul

PUBLIÉ LE 09/05/2014

C. D.-C. (CLP)

« Qu’est-ce que vous voulez foutre avec des musiciens pareils, c’est à braire ! »

Cette phrase (une parmi tant d’autres !) de leur ancien chef, connu pour son franc-parler, fait encore sourire les musiciens de l’Harmonie municipale de Lille. Le 8 mai 2013, Henri Bailleul, très affaibli, dirigeait son dernier concert. Trois semaines plus tard, il disparaissait, laissant un vide immense.

Jeudi après-midi, sous la baguette de sa fille Danièle Sicchio-Bailleul très émue, ils lui ont rendu hommage en interprétant ses œuvres favorites, comme la Symphonie du Nouveau Monde de Dvorák, qu’il fut l’un des premiers à faire jouer par une harmonie, il y a près de quarante ans.

Grand écran

Et pour honorer le trompettiste, Xavier Collin, son dernier élève, et Éric Segers, dont l’épouse et les deux filles jouent dans l’orchestre, ont magnifiquement interprété le Concerto pour deux trompettes de Vivaldi. C’est aussi cela l’Harmonie municipale : une formation conviviale qui accueille souvent plusieurs membres d’une même famille.

La présence bienveillante d’Henri Bailleul sur le grand écran surplombant la scène, ses bons mots, les photos d’une vie bien remplie rendaient ce moment particulièrement émouvant pour sa famille, ses musiciens et son fidèle public, venu en nombre. Comme de coutume le 8 mai, la Marseillaise saluait la fin du concert, longuement applaudi.